Accueil » Info » Malika Bellarbi La Diva

Malika Bellarbi La Diva

Qui est-elle ?

Malika Bellaribi Le Moal : est une cantatrice française d’origine algérienne

Elle est surnommée « la diva dans les quartiers », « la diva des cités » ou « la diva des banlieues ».

Grâce à  son projet « Une diva dans les quartiers », elle participe à rendre l’opéra accessible au milieu populaire.

 

  • Elle est née le en France , à Nanterre dans le bidonville des Pâquerettes au Quartier du Petit-Nanterre, en 1956
  • Son père tient une petite épicerie à Nanterre.
  • Malika est la septième d’une fratrie de neuf enfants.
  • À l’âge de 3 ans, un camion  la percute et lui brise les jambes, les hanches et le bassin. Les médecins craignent  qu’elle ne puisse plus jamais marcher mais elle marchera !
  • Durant ses hospitalisations, alors qu’elle est soignée par les sœurs de Saint-Vincent-de-Paul, elle découvre le chant sacré.
  • Elle se forme ensuite au Conservatoire international de musique, puis à l’École normale de musique de Paris
  •  Comptable ou chanteuse lyrique ? A  35 ans,  elle décide de devenir  chanteuse classique.
  • Sa carrière de cantatrice décolle au début des années 1990
  • En 2006, elle est la présidente, dans les régions métropolitaines, du jury des sélections françaises, organisées par France 3, du Concours Eurovision de la chanson, ainsi que la coach vocale des candidats
  • Son association Voix en Développement, forme chaque année les habitants des quartiers les plus populaires de France au chant lyrique.
  • Sa troupe produit chaque année un opéra différent pour une quinzaine de dates en France et en Europe
  • Malika Bellaribi publiera , Les Sandales blanches chez  Calmann-Lévy, une autobiographie est adaptée en 2020 par Christian Faure pour la télévision, Le téléfilm est diffusé pour la première fois le lundi 25 janvier 2021, sur France 2.
  • Elle a reçu de nombreuses distinctions

Vidéo 1

Découvrez Malika Bellarbi ici :
Vidéo 2
“Quand j’ai entendu ce chant, c’était pour moi qui étais condamnée à l’immobilité pendant quelques temps, c’était comme si je marchais !”